rush2009

Nathalie Harran

depuis 2009

Dans la continuité de mes travaux précédent sur le web depuis 2002, mon travaille artistique fondateur et complémentaire à la mise en oeuvre du projet d’origine de "moteur à don" initié par shagaï, a été de créer des usages et des conditions d’accès pour permettre le développement d’une création artistique directement en ligne, ouvrant ainsi la possibilité de création d’ateliers au montage de la plateforme shagaï.net

j’ai transmis une façon de travailler la matière Internet depuis mon langage plastique, libéré mes propres conjugaisons de codes issues de ma poétique personnelle, élaboré une conception de site pour une grande souplesse plastique à travers toute la plasticité d’une page html, conceptions commencées sur shagai.org et concrétisées sur shagaï.net

mon projet spécifique et fondateur de la plateforme à été de créer des usages pour développer une création directement en ligne de façon sensible, tangible, et d’en ouvrir les accès : j’ai mis en oeuvre une conception artistique par l’usage, une façon de rendre le virtuel lisible par le touché et l’expérience sensible.

chacune de mes transmissions et de mes mises en place sont pleinement des gestes et conceptions artistiques.


- Les 0.euvres
Commencées en 2010 sur shagai.org et réalisées dans la continuité des travaux issus de mes ateliers ballonsonde.org et cinepixel, les 0.euvres sont la partie émergée de ma recherche artistique à la conception du site et à la création des ateliers shagaï.net et .org. J’ai abouti à délivrer des instances de création sous forme de codes sources simplifiés rendant les 0.euvres accessibles à des usages. Ces instances sont délivrées en composants ACS ou modéles Spip. Chaque nouvel usage nommé instanciation engage un jeu de construction autonome et invente son propre contexte sur la plateforme.

- Les ateliers

En 2010 sur shagai.org première version du site, je tente à partir de "pages blanche" d’individualiser les espaces des ateliers qui dépendent d’un mécanisme d’uniformisation propre aux architectures collectives CMS ; j’ai "encapsulé" des parties de code php de façon artisanale (rubrique6 glisser/déposer les éléments de navigations) afin de créer des possibilités de mise en page spécifique à chaque projet, et donné accès à du code source simplifié pour permettre une mise en forme individuelle des espaces avec plus ou moins d’autonomie.

En 2011 cette articulation entre l’individuel et le collectif fut considérablement simplifiée lorsque j’ai intégré le logiciel ACS sur proposition de Daniel Faivre auteur de ce plugin novateur. Désormais l’architecture Spip de la nouvelle version shagaï.net se monte et se démonte facilement depuis l’interface privée, en faisant glisser/déposer de petites briques de construction et sans risque de distorsion de la structure globale. Chaque espace est devenu "personnalisable" de manière autonome et automatique, chaque partie du site est modifiable selon la nature des projets sans distordre le cadre collectif et sans avoir à écrire de code. Le site peut continuer son évolution dans une grande souplesse plastique, en l’état, ou par l’enrichissement de composants ACS.

- Le partage de savoirs

Sur Internet, l’accès aux savoirs est un enjeu fondamentalement démocratique et un enjeu pour la création. Derrière le code s’y trouvent toujours des enjeux économiques, politiques et artistiques. Les inventions et les utilisations des technologies de l’Internet modifient nos comportements, la notion de propriété intellectuelle est redéfinie.
Cette plateforme, construite depuis ses inventions et par ses multiples usages, est une interface de création entre le monde réel et le monde virtuel. Internet est un lieu d’émergences, les structures qui s’y développent influencent directement la vie réelle.